Certains produits naissent d’une vraie collaboration entre l’exploitant et le fabricant

ENGIE NIMES_SIMON AIME
Simon Aime est chargé d’affaire travaux au centre d’exploitation de Nîmes chez Engie Cofely. Cette filiale s’occupe uniquement du marché professionnel, en partenariat notamment avec Atlantic Guillot.

Quel est votre parcours professionnel ?

J’ai fait des études de math-physique et un DUT génie thermique et énergies. À la sortie de mes études, j’ai débuté chez un constructeur. Ensuite, j’ai été embauché dans cette filiale d’Engie qui est spécialisé dans  la gestion de l’énergie. Je suis aujourd’hui chargé d’affaire travaux au sein de Cofely, au centre d’exploitation de Nîmes. Nous sommes environ une trentaine de salariés et nous couvrons tout le Gard. Notre filiale s’occupe uniquement du marché professionnel.

 

En terme de produits, cette spécialisation sur le marché professionnel implique-t-elle des différences techniques ?

Les besoins ne sont pas les mêmes, les gammes de produits sont donc différentes dans le monde professionnel, que ce qu’elles sont dans le particulier. En matière de chaudières, les besoins sont bien entendu plus élevés, il faut donc des produits qui ont plus de puissance. Pour résumer, sur le principe, c’est donc techniquement la même chose, mais en plus gros, avec plus de puissance.

 

Comment choisissez-vous les fournisseurs de matériels ?

Nous avons des accords commerciaux avec des constructeurs, dont Atlantic Guillot, qui définissent notre collaboration. Ensuite, soit le client préconise un constructeur, soit nous réalisons une étude avec les services commerciaux de nos partenaires prioritaires. Nous déterminons ainsi le partenaire pour un chantier, en déterminant celui qui correspond le mieux au cahier des charges.

 

Votre collaboration avec Atlantic Guillot se limite-t-elle à la fourniture de matériel ?

C’est plus que de la fourniture produits, nous échangeons beaucoup avec Atlantic Guillot. D’autant plus dans le contexte actuel où le coût de l’énergie est élevé et où les contraintes techniques et de performances sont accrues. Nous cherchons donc des solutions ensemble. Nous faisons aussi remonter à Atlantic Guillot nos retours terrain.

 

Comment ces remontées d’expérience terrain se matérialisent elles chez Atlantic Guillot ?

Atlantic Guillot utilise notre expérience et nos remarques pour améliorer ses produits. La preuve est sa dernière chaudière, la Varmax, qui est pour nous une véritable évolution. C’est un produit conçu pour s’adapter à tous les types de chaufferies, ce qui est un véritable gain de temps particulièrement pour les rénovations. Les raccordements hydrauliques sont beaucoup plus faciles, avec 2, 3 ou 4 piquages. C’est un produit robuste et performant, qui s’adapte facilement à l’existant. On voit bien que cette chaudière a été conçue avec l’exploitant, grâce à notre expérience, nos remarques, nos besoins. Elle est née de cette relation entre nous, exploitants, et Atlantic Guillot. Cela permet donc d’atteindre les objectifs de performances beaucoup plus facilement, grâce à cette évolution technique, qu’il s’agisse de neuf ou d’une rénovation.