E-mag Juin 2015

Philippe Mairot, responsable des formations chaudières et produits collectifs

Se former pour la performance des équipements de chaufferie

Installation, fonctionnement, entretien, maintenance, dépannage… Aujourd’hui, installateurs et techniciens de chaufferie peuvent se former directement auprès des industriels. Formations classiques, à la carte, ou in situ, zoom sur l’offre formation de la marque Atlantic Guillot.

Les formations proposées par Atlantic Guillot s’adressent majoritairement aux exploitants de chaufferie, grandes enseignes ou petits prestataires de service d’exploitation. Elles concernent également un large éventail de professionnels allant des distributeurs souhaitant fournir des conseils appropriés sur les produits qu’ils vendent, aux personnels des collectivités. « Paradoxalement, les installateurs sont moins enclins à effectuer ce type de formation. C’est dommage car certaines installations ne sont par conséquent pas optimales », nous apprend Philippe Mairot, responsable des formations chaudières et produits collectifs.

Une offre de formation variée

Trois formateurs assurent les formations Atlantic Guillot sur l’ensemble de la France. Les cours sont dispensés dans les centres de formation rattachés aux usines de Pont de vaux (02), Aulnay-sous-Bois (93) et Cauroir (59). Ils s’articulent autour de deux grands sujets : les chaudières et leur environnement, et la production d’eau chaude sanitaire. « Il peut s’agir de journées de formations sur la réglementation, l’hydraulique… Ensuite, nous proposons des stages de plusieurs jours, sur des bancs de formation pratique, durant lesquels on aborde la mise en œuvre, la mise en service, le dépannage et les particularités technologiques des produits », explique Philippe Mairot. Atlantic Guillot délivre aussi des formations à la carte qui répondent précisément aux besoins du client.


Formations in situ

L’une des grandes forces de l’entreprise est en effet de dispenser des formations sur site (ou in situ). Ce service a pour objectif de rendre le technicien autonome pour intervenir dans une chaufferie particulière.

« Quand on arrive dans la chaufferie le matin, on fait un premier diagnostic de l’ensemble de l’installation, les tuyauteries, les raccordements fumées, le raccordement gaz, note Philippe Mairot. Cette partie permet de corriger les malfaçons. Ensuite, nous nous mettons en situation réelle d’entretien de la machine, de réglages et de mise au point ».


Se former pour garantir des performances thermiques

Par ailleurs, à l’heure des économies d’énergie, le pavé régulation devient central. Ainsi, les exploitants s’engagent de plus en plus auprès de leurs clients sur une cible de consommation donnée. « Faire des économies d’énergie nécessite de bien connaître et savoir régler la chaudière et l’hydraulique, tout en optimisant tous les réglages par la régulation ».

L’optimisation des performances globales de la production d’eau chaude sanitaire est également un sujet complexe qui nécessite des techniciens formés. Il en va de même pour les installations utilisant les énergies renouvelables tels les ballons d’eau chaude, solaires thermiques ou thermodynamiques. « L’objectif est de faire en sorte que l’énergie renouvelable soit utilisée prioritairement aux énergies fossiles. Notre rôle est important puisqu’il s’agit de valoriser l’apport des énergies renouvelables dans des bâtiments où le suivi manquait jusque-là de sérieux », poursuit Philippe Mairot.

Alors, simples révisions ou acquisition des bases fondamentales, n’hésitez pas à vous former ! La performance des équipements de chaufferie ne s’improvise pas.



Aurélie Cheyssial © AdC – L’Agence de Contenu