E-mag Février 2015

E-mag Février 2015 - Henri Guyon

Installateurs, faut-il viser le marché de la maintenance ?

Face au ralentissement de l'économie, les installateurs chauffagistes doivent sans cesse trouver des solutions. Pour Henri Guyon, directeur des partenariats au Gesec (groupement économique sanitaire électricité, chauffage), la maintenance est utile et même souhaitable.

Pourquoi pensez-vous que les entreprises doivent se lancer sur ce marché ?

Cette activité maintenance est véritablement stratégique pour nos entreprises. Il s'agit en premier lieu de fidéliser les clients. Une fois les travaux réalisés, ceux-ci ont des besoins et des obligations en termes d'entretien de leurs équipements. Le dépannage, proposé par la plupart de nos entreprises, n'est pas suffisant, car le client peut faire appel à un concurrent. En se positionnant sur le marché de la maintenance, on reste lié au client grâce à un contrat. Résidentiel, tertiaire, industrie, les maîtres d’ouvrage sont, de plus en plus, à la recherche d’entreprises capables de répondre à l’ensemble de leurs besoins. Aujourd'hui, répondre non, c'est se priver de certains marchés. Ensuite, être chez le client, c’est être en position d'offrant plutôt que de répondant.

Enfin, l'objectif principal est de pérenniser nos entreprises. Dans un marché qui se tend sur les travaux d'installation, il faut trouver des solutions. Les entreprises de maintenance voient leurs contrats, et ainsi une partie de leur chiffre d’affaires, se renouveler chaque année. Pour la même raison, une entreprise de maintenance se valorise plus aisément en cas de revente.


Le marché n'est-il pas saturé ?

Le marché est détenu en grande majorité par de grosses entreprises de maintenance. Pourtant, on observe une forme de désengagement des maîtres d'ouvrages vis-à-vis de ces nationaux. Dans nos entreprises indépendantes, les techniciens connaissent bien les installations, les clients connaissent bien souvent le patron, la relation est ainsi plus rassurante.


Qu’est-ce qu’implique la maintenance ?

Il faut d'abord intégrer que ce n'est pas le même métier. Les conventions collectives sont différentes et le management est différent. La maintenance implique de l'astreinte. Il faut être en mesure de dépanner un client 24h/24, 7jours/7 car on est lié par contrat avec le client.

Pour démarrer dans ce secteur, il faut nécessairement deux équipes distinctes et ainsi embaucher des compétences. Ensuite, parce que la survenue des pannes ne se prévoit pas, il faut viser une capacité de travail supérieure aux besoins réels. Si l'activité ne permet d'occuper que trois techniciens et demi, il faudra ainsi en embaucher quatre.

Au minimum, il faut prévoir des techniciens de maintenance, un chef d'équipe, doté de qualités techniques, qui sera en relation avec le client, puis une personne en charge de la partie administrative. Nous conseillons à nos adhérents de chercher à reprendre des entreprises de maintenance, déjà pourvues d’un portefeuille de contrat et d’une équipe constituée.



Propos recueillis par Aurélie Cheyssial © AdC - L’Agence de Contenu